Aly Adham ré-élu à la Présidence du Syndicat des Équipements de la Route

Paris, le 30 mai 2018 – Les adhérents du Syndicat des Équipements de la Route (SER) ont élu lors de leur Assemblée Générale leur Président, Aly Adham, pour un second mandat. Succédant l'année précédente à Jean-Bernard Conrad, il a expliqué sa volonté d'intensifier les actions et les efforts engagés au cours de son premier mandat. Objectif premier : celui de promouvoir auprès de tous les acteurs de la route (adhérents, pouvoirs publics et collectivités, équipementiers et constructeurs, associations et usagers, etc) le rôle central des équipements de la route dans le cadre de la sécurité routière. Déjà au cœur de sa feuille de route, il entend poursuivre les travaux et multiplier les partenariats afin de positionner la filière au cœur de la construction, déjà en cours, de la route et des mobilités de demain.

Les équipements de la route au centre des dispositifs de sécurité routière

En premier lieu, Aly Adham insiste sur la nécessité de valoriser les équipements de la route en tant que pilier central en matière de lutte contre l'insécurité routière. « Il est de notre devoir de mettre en avant le rôle vertueux des équipements de la route afin d'endiguer le fléau des accidents de la route, rappelle ainsi le Président. Depuis trois ans, la sécurité routière se dégrade et la mortalité est à nouveau en hausse. Quant à la réduction drastique des budgets alloués aux équipements routiers et surtout à leur entretien, elle est toujours d'actualité. C'est pourquoi nous réaffirmons nos engagements et continuons à multiplier les contacts, renouveler le dialogue et à engager de nouvelles collaborations avec les acteurs et décisionnaires du monde de la route, auprès de nos partenaires publics ou privés, qu'ils soient techniques ou institutionnels ». L'entretien des équipements routiers est indispensable pour assurer la sécurité des usagers de la route. En conséquence, le Syndicat et son président demandent : le déblocage de budgets adaptés aux réalités du terrain ; la sanctuarisation de l'entretien des équipements de la route et du patrimoine routier ; plus de poids accordé à la parole et l'expertise des équipementiers de la route.

Vers de nouveaux modèles routiers et de nouvelles mobilités

Inscrire durablement la filière dans le modèle émergent d'une route connectée figure également parmi les priorités d'Aly Adham. Il souhaite ainsi assurer aux équipements de la route la place qui leur revient : celle d'interface avec les véhicules connectés, leur permettant une lecture optimale de la route et de leur environnement. « Ces dernières années, par le développement de nouveaux produits et services, les équipementiers de la route ont prouvé leur volonté de s'engager pleinement, aux côtés des équipementiers et constructeurs automobiles comme des collectivités et des gestionnaires d'infrastructures, dans le déploiement de la route de demain. Une route connectée et intelligente, plus sûre, plus propre et résiliente, une route collaborative et multi-modale », détaille Aly Adham qui salue la confiance renouvelée de la profession à s'engager dans cette direction. Il a également annoncé lors de l'Assemblée Générale, la création au sein du SER d'un groupe de travail dédié à la question du véhicule autonome. « Notre action syndicale est d'autant plus importante que la loi mobilité, qui sera discutée à partir de septembre 2018 au Parlement, donnera très certainement une place centrale à l'évolution du cadre règlementaire français et à l'aménagement du territoire en prévision de l'industrialisation des véhicules autonomes. Présenté récemment par Anne-Marie Idrac, le rapport « Développement des véhicules autonomes : Orientations stratégiques pour l'action publique » fixe le cap pour les mois et années à venir. Notre syndicat et nos membres devront être à la pointe de l'innovation et de l'expérimentation afin de bâtir la route de 5ème génération, d'assurer la sécurité des véhicules et leurs passagers grâce à la lecture optimisée de la route, et de contribuer à l'émergence de nouvelles formes de mobilités ».

Vers un modèle entrepreneurial plus éthique et synonyme de reconnaissance

Le développement de cette future route, avec ses véhicules automatisés, ses équipements connectés et ses mobilités nouvelles, s'il est synonyme d'un élan collectif et d'une formidable synergie entre tous les acteurs de la route, est aussi pour Aly Adham un moment privilégié afin d'inscrire le SER et ses adhérents « dans un modèle plus vertueux, où l'éthique sera insufflée dans la pratique des affaires comme dans les modes de fonctionnement de nos entreprises. Cette éthique doit être envisagée comme un véritable levier de croissance, de développement durable et de progrès social, insiste le Président du SER. C'est dans ce cadre, et parce que l'actualité nous pousse à appliquer les dispositions de la loi relative à la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique (dite loi Sapin 2), que nous avons aussi initié l'élaboration de la charte éthique de notre syndicat. Cette démarche, dans son ensemble, illustre parfaitement notre engagement en faveur d'une montée en gamme de nos produits et nos services et participe à asseoir ce modèle qui doit mettre à l'honneur la qualité de nos prestations et la reconnaissance de nos savoir-faire ».

L'Association Professionnelle des Réalisateurs d'Ecrans Acoustiques (APREA), devient la nouvelle section « Protections acoustiques » du SER

Après avoir annoncé, il y a presque un an jour pour jour, la création d'une sixième section syndicale, « Protections Acoustiques », avec pour objectif de fédérer l'ensemble de la filière des équipements de la route, Aly Adham a salué le rapprochement imminent entre le SER et l'Association des Réalisateurs d'Écrans Acoustiques (APREA). Les équipements d'isolation phonique que commercialisent ces entreprises sont habituellement installés le long d'infrastructures proches des zones d'habitation et sources de nuisances sonores importantes. Ils permettent ainsi de diminuer la pollution sonore, considérée comme une source importante de stress et causant de graves troubles du sommeil et de la santé. Parmi les membres de cette association et futurs adhérents du SER, des fabricants de panneaux bois, béton-bois, béton polycarbonate... et des entreprises du BTP qui construisent les structures porteuses et assurent la pose des panneaux. « Ce rapprochement illustre l'un des rôles clés du SER : celui de fédérer diverses parties prenantes de la voirie qui ont des interactions importantes, explique Aly Adham. C'est en développant ce réseau d'acteurs et ce maillage des savoir-faire, que le SER renforce sa représentativité dans l'écosystème routier de demain ».

33 ans d'expérience au service des équipements de la route

Ingénieur Civil de formation et titulaire d'un 3ème cycle, Aly Adham est impliqué depuis plus de 33 ans dans les métiers des équipements de la route (dont la moitié dans les métiers de l'ingénierie et l'autre moitié dans les industries). Il est membre du SER depuis 7 ans (dont deux ans passés à la Présidence de la section Signalisation Verticale) en tant que Président Général d'ISOSIGN. Son entreprise, qu'il a créée en 2007, emploie actuellement 60 salariés et affiche un chiffre d'affaire de 13 M€. ISOSIGN est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d'équipements de la route (signalisation routière verticale et horizontale, solutions digitales, etc.) conformes aux normes en vigueur et certifiés CE/NF par l'ASCQUER.



Pour rappel, l'Assemblée Générale du SER s'est tenue mercredi 30 mai à l'Élyseum, à Paris. Bruno Marzloff, sociologue et fondateur du cabinet d'études et de conseil en innovation Chronos, y a notamment présenté une conférence sur le thème « Les équipements de la route à l'épreuve des pratiques émergentes de mobilité ».

À propos du Syndicat des Equipements de la Route
Le SER regroupe les principales entreprises françaises impliquées dans la conception et la fabrication d'équipements de la route. Le Syndicat est organisé autour de 6 sections : « Signalisation verticale » (panneaux, etc.), « Signalisation horizontale » (marquage des chaussées, etc.), « Dispositifs de retenue » (glissières de sécurité, etc.), « Régulation de trafic » (feux, etc.), - « Sécurité, balisage, chantiers » et « APREA - protections acoustiques ». Les équipements de la route représentent un chiffre d'affaires de 1,5 milliards d'euros et plus de 5 000 emplois.

www.equipements-routiers-et-urbains.com
Twitter : @routepourtous

 

 

Crédit photo @PierreMOREL
Contacts Presse

Julien VICK, Délégué général du SER - 06.80.96.77.48